Avec près de 88 000 étudiants, Bordeaux est une ville dynamique et jeune. Réputée entre autres pour ses vignobles et son cadre de vie agréable, la capitale de l’Aquitaine ne cesse de se moderniser et de favoriser ses jeunes. Bordeaux est une ville surprenante et les incontournables ne manquent pas ! Laissez-vous porter par une visite en bateau, allez en famille voir le miroir d'eau qui ravira les petits et séduira les plus grands, flânez au cœur du jardin public, visitez la majestueuse tour Pey Berland et profitez de l'ambiance singulière du vieux Bordeaux.

Le miroir d’eau

Résultat de recherche d'images pour "le miroir d'eau"

 

 Le Miroir d'eau est une pièce majeure de la réhabilitation des quais bordelais. Faisant front à la majestueuse Place de la

Bourse, le Miroir d'Eau est une esplanade finement recouverte d'eau, qui renvoie à la fière façade de Bordeaux son reflet. Particulièrement prisé des riverains par beau temps car il y est agréable de s'y rafraichir les pieds (aussi bien pour les grands que pour les petits), le Miroir d'Eau fait merveille lorsque ses eaux se retirent sous une brume épaisse plongeant les promeneurs dans un flou mystérieux. Ce phénomène qui se produit chaque quart d'heure est un enchantement pour les tout-petits, un ravissement pour les plus grands et une bénédiction pour les photographes professionnels et amateurs (clichés d'exception assurés!). Le miroir d'eau est aussi un lieu de rendez-vous singulier et romantique...Un des incontournables de Bordeaux! 

 

 

La place de la bourse 

Sur la place se trouve une fontaine assez simple mais très belle, la fontaine des 3 grâces, représentant les filles de Zeus.
Il y a également l'ancienne bourse qui est maintenant la chambre de l'industrie et du commerce de Bordeaux et le musée des douanes.

C'est la fontaine qui a attiré mon attention ce soir-là car il y avait une très belle lumière qui m'a permis de prendre des photos de contre-jour.
Je suis tout de même repassée le lendemain matin pour prendre des photos "normales" avec une lumière idéale.
D'ailleurs, attention pour les photos, car dans Bordeaux, à cause des façades très claires, ce n'est pas évident d'en prendre, il faut bien choisir le moment de la journée où venir. Le mieux pour tout ce qui est au bord des quais, c'est de venir le matin ou le soir, pour l'intérieur de la ville, l'après-midi est idéale.

Résultat de recherche d'images pour "saint pierre bordeaux"

 

 

 Saint-pierre

 Quartier le plus touristique de la ville, Saint-Pierre forme un labyrinthe de rues piétonnes des plus agréables à parcourir. D'innombrables cafés, restaurants et boutiques sont établis dans ce périmètre ; cœur historique de la cité, il compte également plusieurs monuments dignes d'intérêt.

 

Les quais

Les immeubles de pierre blonde qui se dressent le long des quais sur plus d'un kilomètre sont l'une des splendeurs de Bordeaux. Ils forment un ensemble connu sous le nom de « façade Tourny », en référence à l'intendant qui les fit édifier au XVIIIe siècle. Ils bordaient à l'époque la grève du port, qui fut remplacée par des quais maçonnés au XIXe siècle.

Résultat de recherche d'images pour "les quais bordeaux"

Longtemps négligé, cet espace a bénéficié d'une revalorisation particulièrement réussie. Côté façade, les trottoirs ont été généreusement élargis, offrant aux piétons un espace de promenade abrité de la circulation. Côté quais, une promenade de 4,5 km de long épouse la courbe du fleuve. Des jardins, une piste cyclable, un roller skate park, des aires de jeux et un miroir d'eau, face à la place de la Bourse, agrémentent la balade. Du nord au sud se succèdent le quai des Chartrons, l'esplanade des Quinconces, la place de la Bourse, puis la porte Cailhau, la porte de Bourgogne et la porte de la Monnaie.

 

Le pont de Pierre, dont la construction, décidée par Napoléon Ier, s'acheva en 1822, relie le centre historique à la rive droite, dont les quais offrent un somptueux panorama sur la façade Tourny. Il compte 17 arches ; ses piles et ses arcs sont en pierre de taille, ses voûtes en pierre et en briques.

 

Le capc

Le Centre d'arts plastiques contemporains de Bordeaux ne mérite pas seulement le détour pour les œuvres qui y sont exposées. Le bâtiment

Résultat de recherche d'images pour "Centre d'arts plastiques contemporains de Bordeaux"

qu'occupe ce musée depuis 1979 – une gigantesque halle (l'entrepôt Lainé, construit en 1824) qui servait à l'origine à stocker divers produits coloniaux – impressionne par ses dimensions. Au rez-de-chaussée, un espace monumental, dominé par plusieurs galeries d'arcades, accueille les expositions temporaires. Le fonds du CAPC comprend plus de 700 œuvres, passant en revue l'art d'avant-garde des années 1960 et 1970 : land art, art conceptuel, art minimal… ; une sélection de ces œuvres est présentée à l'étage (elle change tous les 6 mois environ). Nombre d'œuvres ont été conçues pour le musée lui-même, parmi lesquelles des créations de Christian Boltanski, Annette Messager, Keith Haring ou Robert Combas. Le toit du bâtiment forme une terrasse sur laquelle sont exposées de manière permanente des installations de Richard Long. On y trouve par ailleurs un restaurant, dont la décoration est signée Andrée Putman. Principal pôle culturel des Chartrons, le CAPC a dynamisé le quartier sur le plan artistique, son rayonnement favorisant l'émergence de nombreuses galeries.

 

La cathédrale saint-andré et la tour pey-berland

 

Merveille gothique dominant la place Pey-Berland de ses deux tours finement ciselées, la cathédrale fut d'abord une basilique romane, consacrée en 1096 ; l'édifice que l'on peut admirer aujourd'hui fut construit entre le XIIe et le XVIe siècle. Deux mariages royaux y furent célébrés : celui d'Aliénor d'Aquitaine et de Louis VII, futur roi de France, en 1137, et celui de Louis XIII et d'Anne d'Autriche, en 1615.Résultat de recherche d'images pour "cathédrale saint andré"

 

La cathédrale Saint-André est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1998. À l'extérieur, le portail Royal (côté nord, en direction de la place Gambetta), d'une grande richesse décorative, représente le Jugement dernier ; notez aussi l'élégance des contreforts, qui donnent à la cathédrale son aspect imposant. À l'intérieur, le chœur élancé, de style gothique rayonnant, se caractérise par ses vitraux et sa hauteur (29 m) ; la nef, plus basse, est en revanche particulièrement large. Cette construction quelque peu hétéroclite s'explique par les différents remaniements entrepris siècle après siècle. Ne manquez pas les belles statues, dont un saint Martial en albâtre, un matériau caractéristique de l'Angleterre médiévale et fréquemment utilisé par les artisans anglais (on peut ainsi voir nombre de statues en albâtre dans les églises de Bordeaux), situé dans le déambulatoire, près du chœur.

 

Le marché et la basilique Saint-Michel

Commencée au XIVe siècle mais achevée près de 200 ans plus tard, la majestueuse basilique Saint-Michel (lun-sam-dim 10h-12h30, tlj 14h-17h30, messe dim 11h15), inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, veille jour et nuit sur la place Canteloup. À l'extérieur, on remarquera le beau portail surmonté d'une rosace ainsi que l'ornementation de style gothique flamboyant. À l'intérieur, plusieurs œuvres sont dignes d'intérêt : une statue de sainte Ursule abritant 11 000 vierges dans la chapelle Sainte-Catherine ; un retable finement sculpté et des panneaux d'albâtre, de tradition anglaise, dans la chapelle Saint-Joseph ; et, presque en face, une belle pietà du XVe siècle. Les seuls vitraux d'origine sont ceux de la chapelle de Mons (3e chapelle après le transept), qui datent du XVIe siècle. Le carillon, qui compte 22 cloches, est l'un des derniers d'Aquitaine.

Dans une ambiance populaire et cosmopolite, le marché Saint-Michel se tient au pied de la basilique, le samedi matin (alimentation et vêtements), le dimanche matin (fripiers et brocanteurs) et le lundi matin (vêtements) : autant de rendez-vous animés à ne pas manquer !

 

Le jardin public

Image associée

Ses péristyles et ses terrasses, son jardin botanique et son cours d'eau font de ce grand parc un délice du genre. Aménagé à l'initiative de l'intendant Tourny et achevé en 1756, il comprenait à l'origine une école d'équitation et un espace dédié au jeu de paume. Il fut réaménagé en parc à l'anglaise au XIXe siècle. De nos jours, le Jardin public a toujours la faveur des Bordelais. S'il est moins grand que le Parc bordelais, à Caudéran, ses 12 hectares en font malgré tout un magnifique espace vert, qui plus est situé à deux pas du centre-ville. Au moindre rayon de soleil, ses vastes pelouses se transforment en terrain de jeux pour les uns, de détente pour les autres. On y emmène les enfants observer les cygnes, les oies et les canards, faire un tour de manège ou assister au spectacle de Guignol (4 € ; mer, sam-dim et vacances scolaires 15h30). Petits et grands apprécieront une pause goûter au Café de l'Orangerie, installé sous l'un des péristyles, près de l'entrée principale, côté cours de Verdun. Il est particulièrement agréable de venir y profiter du soleil aux beaux jours. Dans le jardin même, l'hôtel de Lisleferme (1770) abrite la collection d'animaux naturalisés du Muséum d'histoire naturelle.

 

La base sous-marine

Résultat de recherche d'images pour "La base sous-marine bordeaux"

Énorme quadrilatère de béton ancré au bord des bassins à flots, la base sous-marine ne passe pas inaperçue. Cette immense base militaire, dont la construction fut entreprise par les

Allemands en 1941, devait abriter une quinzaine de sous-marins, mais ne fut jamais achevée. Ses épais murs de béton (de 5,35 à 6 m) forment aujourd'hui les contours du lieu culturel le plus insolite de la ville. Si l'eau saumâtre et le vent s'engouffrant à l'intérieur

confèrent à l'endroit un aspect solennel et glaçant au premier abord, les jeux de lumière et l'aménagement de salles d'exposition et de spectacle lui ont apporté une touche avant-gardiste des plus séduisantes. Une partie de l'espace, le « couloir histoire », est consacrée à la présentation de la construction de cette forteresse, l'autre est réservée à l'organisation d'expositions temporaires et de spectacles.

 

Pour vous y rendre en voiture, suivez les quais vers le nord jusqu'à Bacalan. Au niveau des entrepôts, prenez la rue Lucien-Faure sur votre gauche. Une fois parvenu place de Latule, tournez à droite dans l'avenue Alfred-Daney et continuez sur 500 m. En tramway, le plus simple est de prendre la ligne C jusqu'à l'arrêt « Place Ravezies » et, de là, de prendre le bus n°9 jusqu'à l'arrêt « Tourville » ; vous pouvez aussi prendre la ligne B et longer les quais jusqu'à l'arrêt « Bassins à flots » puis continuer à pied.

 


En savoir plus sur http://www.lonelyplanet.fr/destinations/europe/france/bordeaux/les-incontournables#jP4txheh8kRvR7xP.99

Cf : http://www.lonelyplanet.fr/destinations/europe/france/bordeaux/les-incontournables