De nombreuses licences existent à l’université en sciences dures : Physique-Chimie, Mathématiques, Mathématiques et Informatique (MI), Informatique. Le premier semestre en première année est souvent pluridisciplinaire et permet à l’étudiant de se spécialiser progressivement. Comme pour les autres formations scientifiques, la licence ne suffit pas, il faut poursuivre jusqu’au master 2 (Bac+5) pour s’assurer des débouchés professionnels. Il est toujours intéressant de rejoindre des écoles d’ingénieur en cours de parcours pour s’assurer plus de débouchés.

Les cours se répartissent entre cours magistraux et travaux dirigés (TD) :

Les cours d’amphi : Les amphithéâtres peuvent accueillir jusqu’à 400 personnes, et ressemblent à de grandes conférences. Ces cours abordent les concepts fondamentaux qui seront mis en pratique en TD. Il est important d’aller en cours, de les suivre de façon efficace, même si on n’y fait pas l’appel.

Les TD ressemblent plus aux cours du lycée, ce sont des salles de classe (de 20 à 40 personnes) dirigées par un chargé de TD (un étudiant en doctorat ou en master, parfois), on y fait l’appel, il est obligatoire d’y aller ! On y approfondit les cours d’amphi (dits « magistraux ») via des exercices, des travaux, des exposés, des interrogations…

Le bac S est recommandé ; l'enseignement est dans la continuité du bac scientifique. Une mise à niveau en sciences est conseillée pour les bacheliers technologiques STL ou STI2D, et pour les bacheliers ES.

Les principales mentions en Sciences, technologie et santé

Au programme : algèbre, analyse, géométrie, probabilités, statistiques. L'informatique, indispensable à la discipline, est aussi bien présente : modélisation et simulation numériques, apprentissage de l'utilisation des logiciels mathématiques.

Des parcours sont déclinés, selon l'orientation envisagée, en finance, cryptographie, modélisation et simulation, techniques statistiques...

Et après ? La licence de mathématiques débouche sur des masters préparant à la recherche ou à l'enseignement, ou permettant de s'insérer dans des secteurs tels que la banque, les assurances, l'informatique, la finance... Elle permet aussi de se présenter aux concours d'entrée en écoles d'ingénieurs.

En savoir plus : Licence de mathématiques

 

Mention mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (miashs)

Au programme : mathématiques, informatique (algèbre, analyse, probabilités, statistiques, programmation) et d'enseignements en sciences humaines et sociales (économie, psychologie…).

Et après ? Possibilité de rejoindre une licence professionnelle après la L2. Après une L3, ces licences débouchent sur des masters de maths appliquées à l'économie, informatique, sciences humaines et sur les concours d'entrée en écoles (écoles nationales de statistique ou écoles d'ingénieurs). Certaines spécialisations préparent aux concours administratifs et à l'enseignement.

En savoir plus : Licence de mathématiques

 

Mention Physique

Au programme : optique, mécanique, électromagnétisme, thermodynamique, physique quantique… Via les outils numériques et mathématiques, les étudiants apprennent aussi à formuler des problèmes de physique de façon à les traiter informatiquement et à exploiter les résultats.

S'ensuivent des parcours en physique fondamentale, physique appliquée (vers l'instrumentation, l'électronique…), mécanique..., ou des parcours bidisciplinaires (physique et biologie ou chimie).

Et après ? Possibilité de rejoindre une licence professionnelle du domaine après la L2. Certaines spécialisations préparent aux concours de l'enseignement au niveau master. Les concours d’écoles d'ingénieurs sont également accessibles après une L2 ou une L3.

En savoir plus : Licence de physique

 

Mention Physique et Chimie

Au programme : physique et chimie dans des proportions qui peuvent différer d'une université à l'autre. Point commun : une démarche associant l'observation, l'expérimentation et la modélisation. Les outils mathématiques et informatiques occupent une bonne place.

Et après ? Orientation vers l'enseignement ou vers la poursuite d'études en matériaux, énergétique, mesures et qualité ( licence professionnelle ou master).

Mention Science de la vie et de la Terre

Au programme : biologie, biochimie complétées par des enseignements en géologie, écologie, agro sciences selon les spécialisations proposées (sciences de la Terre, de l'Univers, biologie de l'environnement).

Et après ? Certaines spécialisations préparent aux concours d'entrée dans les Ifsi (instituts de formation en soins infirmiers), d'autres aux concours de l'enseignement au niveau master.

 

Mention Sciences de la Terre

Pour qui ? Les passionnés de géologie, d'océanologie, de volcanologie...

Au programme : les notions de base en géologie ; un aperçu des principales applications géologiques (paléontologie, minéralogie, pétrologie, hydrologie…) ; les disciplines scientifiques (maths, physique, chimie, biologie et informatique) qui interviennent pour les applications géologiques.

Différents parcours sont ensuite proposés : géologie appliquée au génie civil ; prospection et exploitation pétrolière et minière ; géologie et problématiques environnementales ; hydrogéologie…

Et après ? Poursuites en licence professionnelle (après une L2) ou en master (après la L3) dans le domaine de l'énergie, des sciences des matériaux, de l'environnement.... Les concours d' écoles d'ingénieurs sont également accessibles.

En savoir plus : Licence des sciences de la Terre

 

Mention sciences de la vie

Au programme : biologie moléculaire, cellulaire, de la génétique, de la biologie animale et végétale..., mais aussi des matières scientifiques (physique, chimie et maths) utilisées comme autant d'outils des applications de la biologie.

Les parcours apportent des orientations en biochimie, biologie cellulaire, biologie moléculaire et génétique, biotechnologies, sciences de la vie et de l'environnement…

Et après ? Orientation vers l'enseignement via les concours accessibles en master. Elles mènent aussi aux professions spécialisées dans les biotechnologies, le génie médical et aux métiers de l'environnement.

En savoir plus : Licence de biologie

 

Mention Informatique

Au programme : formation de base en algorithmique et programmation, systèmes et réseaux, bases de données, technologies Internet, génie logiciel... Les mathématiques occupent une place importante (algèbre, analyse...) et les projets vont croissant au cours de la formation.

Les parcours possibles sont variés : bio-informatique, maths-informatique, informatique-électronique, MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises)…

Et après ? Poursuite d'études en licence professionnelle après la L2 , ou après une L3 en master informatique ou en école (d'informatique ou d' ingénieurs).

En savoir plus : Licence d'informatique

 

Mention électronique, énergie électrique, automatique (3EA)

Au programme : les bases de l'électronique (composants et circuits, traitement du signal, propagation des ondes, électromagnétisme…), l'électrotechnique (production, transport, conversion et gestion de l'énergie électrique…), l'automatique et l'informatique industrielle (systèmes numériques, programmation, supervision…). Ces formations comprennent également de l'informatique et des cours de CAO (conception assistée par ordinateur), utilisée pour réaliser des circuits électroniques. Les travaux pratiques (TP) développent les compétences en mesure, instrumentation et contrôle.

Et après ? Poursuites en licence professionnelle (après une L2) ou en master (après la L3) dédiés aux métiers de l'énergie, des systèmes électroniques, de l'informatique industrielle, de l'imagerie, des télécommunications, de l'enseignement... Les concours d' écoles d'ingénieurs sont également accessibles.

En savoir plus : Licence d'électronique

 

Mention mécanique

Au programme : mécanique des solides, mécanique des fluides (hydraulique, aérodynamique), résistance des matériaux et élasticité, transferts thermiques. S'y ajoutent la conception assistée par ordinateur (CAO), les techniques de calcul et de modélisation numérique.

Des parcours à orientation théorique ciblent la modélisation et les calculs en mécanique. D'autres sont centrés sur le génie mécanique, l'aéronautique, la mécatronique, la thermique, l'acoustique…

En savoir plus : Licence en mécanique

 

Mention Génie Civil

Au programme : mécanique des milieux continus, des fluides, des structures et des sols, résistance des matériaux… S'y ajoutent des techniques de l'ingénieur : approches réglementaires en conception structurelle (béton armé, construction métallique…), conception et dessin assistés par ordinateur (CAO-DAO)… La découverte du secteur du bâtiment et des travaux publics et des différentes étapes de la construction (de l'appel d'offres à la livraison, l'organisation du chantier) est aussi abordée.

En savoir plus : Licence en génie civil

 

Mention sciences et technologies

Au programme : Le contenu de cette formation scientifique pluridisciplinaire peut être très différent d'une université à l'autre. Il met l'accent sur les maths, l'informatique, l'électronique, ou bien privilégie la physique, la chimie ou la biologie, voire d'autres matières.

 

Mention science pour l’ingénieur

Pour qui ? Les bacheliers (en priorité les S et STI2D, voir STL selon l'orientation de la licence) avec un bon niveau en sciences pour suivre les disciplines générales de l'entrée en matière. Certaines universités organisent des mises à niveau.

Au programme : pluridisciplinaire, cette licence aborde un large spectre d'enseignements dont les proportions peuvent varier d'une université à l'autre. À la clé : un solide socle de connaissances dans l'ensemble des disciplines scientifiques (mathématiques, physique, informatique...) et un temps de réflexion supplémentaire pour mûrir son orientation.

À partir de la L2, différents pôles de spécialisation émergent : électronique, énergie électrique, automatique (3EA) ; génie civil ; génie des matériaux ; génie mécanique ; génie industriel ; robotique… Selon les universités, ces thématiques font l'objet d'une mention dédiée ou d'un parcours à l'intérieur d'une mention qui commence le plus souvent en L3.

Présents dans toutes ces licences : de nombreux travaux pratiques et projets sur des systèmes complexes pour développer les compétences expérimentales (manipulation d'appareils, techniques de mesure...) et la pratique du travail d'équipe ; des enseignements en sciences fondamentales associées, comme les grands principes des maths et les lois de la physique.

Et après ? Après une L2, l'étudiant peut s'orienter vers l'une des nombreuses licences professionnelles du secteur : maintenance et technologies ; métiers de l'industrie (conception de produits industriels, logistique industrielle, mécatronique, robotique...) ; métiers du BTP : génie civil, etc.

Sa licence en poche, il peut intégrer un master du domaine des sciences de l'ingénieur en lien avec le domaine choisi en L3 ou l'un de ceux qui préparent aux concours de l'enseignement (agrégation et CAPET sciences industrielles de l'ingénieur ; CAPLP). Il peut également se présenter aux sélections, sur dossier et/ou concours, à l'entrée en école d'ingénieurs. Le stage de L3 peut être déterminant dans le dossier.

Mention Science pour la santé

Pour qui ? Les bacheliers scientifiques intéressés par l'alliance des sciences fondamentales (biologie, chimie, physique) et des sciences de la santé (pharmacologie, toxicologie, etc.) ou les étudiants en réorientation après la PACES (1re année commune aux études de santé) par exemple.

Au programme : cette mention associe un socle scientifique de base (biologie cellulaire et moléculaire, chimie organique, biochimie, physique, mathématiques, physiologie, etc.) à des enseignements plus spécialisés (biostatistiques, biophysique, immunologie, biologie des agents infectieux, biochimie des aliments, etc.). A cela s'ajoutent de l'anglais, des cours d'expression écrite et orale, ainsi qu'une initiation au travail de recherche scientifique. Une spécialisation s'effectue progressivement via des parcours en biologie de l'alimentation ; biologie de la santé ; technologies biomédicales ; sciences du médicament ; nutrition ; pharmacologie, etc.

Et après ? Cette licence est particulièrement bien adaptée à la poursuite d'études en master pour devenir cadre dans l'ingénierie biomédicale, la santé publique, l'industrie pharmaceutique, agroalimentaire ou biotechnologique. Les titulaires de la licence peuvent également accéder à des fonctions d'assistant ou de technicien supérieur dans les domaines de la qualité, de l'hygiène, de la sécurité ou de la santé (industrie du médicament, hôpitaux, biotechnologies, etc.).

A noter : cette licence fait l'objet d'une expérimentation dans plusieurs universités comme voie d'accès alternative aux études de santé (médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique). Après la L2 ou la L3, les étudiants les plus brillants peuvent tenter de rejoindre une 2e année sur dossier, un pourcentage du numerus clausus leur étant réservé.

 

Source : http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Principaux-domaines-d-etudes/Licence-les-mentions-du-domaine-sciences-technologie-et-sante