La 21ème Conférence des parties de la Convention Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11) a eu lieu à Paris, du 30 novembre au 11 décembre. Grâce à son stand « zone Génération climat », Campus France présente l'offre de formation et recherche de l'enseignement supérieur français en lien avec les thématiques du climat pendant la COP21. C’est l’occasion de présenter la licence en Sciences de la Terre, enseignée dans de nombreuses universités en France et qui donne accès à un large éventail de Masters et de métiers. Cette formation permet à la fois de comprendre la Terre et l’univers, de l’origine de la vie à l’exploration des planètes ou encore des risques sismiques aux problèmes de gestion de l’environnement. Elle combine autant les connaissances scientifiques que les études de terrain.
  1. Comment accéder à la licence Sciences de la Terre ?

Pour rentrer en première année de licence, il est fortement recommandé d’avoir obtenu un baccalauréat scientifique. Si ce n’est pas le cas, certains établissements proposent des remises à niveaux en début de formation.
Il est également possible d’accéder à cette formation, après étude de votre dossier, en deuxième ou troisième année. Cette possibilité s’adresse aux étudiants ayant réalisé une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE), une autre première ou deuxième année de licence scientifique, une PACES (1ère année commune aux études de santé), certains DUT ou BTS (selon les cas).

 

2.      Au programme de la licence sciences de la Terre
Un portail commun
Généralement, la première voire la deuxième année de licence, les sciences de la Terre (ou géosciences) sont associées à d’autres disciplines scientifiques telles que la physique, la chimie, la biologie, les mathématiques et l’informatique. L’objectif est d’aborder ces autres matières comme des outils pour les applications géologiques.
L’étudiant acquiert alors un solide socle de connaissances dans l’ensemble des disciplines scientifiques.
La licence Sciences de la Terre est proposée dans 28 universités en France : Universités Savoie Mont Blanc, de Bordeaux, de Strasbourg, Jean Monnet de St Etienne, Nice-Sophia Antipolis, de Lorraine, Pierre et Marie Curie, Rennes 1, Lyon 1, Joseph Fourier Grenoble 1, d’Orléans, Toulouse III, de Franche-Comté, du Maine, Blaise Pascal, de Poitiers, de Caen Normandie, de Lille 1, de Montpellier, de Cergy-Pontoise, de Tours, de la Réunion, Paris-Sud, Paris Diderot, de Bretagne Occidentale, Pau et Pays de l’Adour, de La Rochelle et de Bourgogne.
Au cœur des géosciences
Les notions de base en géologie sont abordées : composition des différentes couches terrestres et les processus qui façonnent notre planète.
La licence présente également un aperçu des principales applications géologiques :
-          La paléontologie : étude des organismes fossiles et leur évolution au cours des temps géologiques
-          La minéralogie : étude de la nature, composition et propriétés physiques des minéraux qui composent les roches
-          La pétrologie : étude des mécanismes qui président à la genèse et à la transformation des roches
-          L’hydrologie : étude du cycle de l’eau (échanges entre atmosphère, surface terrestre et sous-sol).
-          L’hydrogéologie : étude des écoulements des eaux souterraines
-          La cartographie
-          Etc.
La pratique, que ce soit des travaux dirigés ou des stages de terrain est partie intégrante de la formation et est aussi importante que la théorie abordée lors des cours magistraux.
Les autres matières du programme
D’autres matières sont également enseignées à savoir :
-          La physique : ondes, mécanique des fluides et des solides, thermodynamique, optique...
-          la chimie : organique et minérale, géochimie et géophysique
-          les mathématiques : algèbre, calculs matriciels, statistiques...
-          l'informatique : connaissance des logiciels d'applications en géologie comme les systèmes d'information géographique - SIG -, notions de base en programmation...
-          la biologie : biologie des populations et des écosystèmes, anatomie des organismes...
-          matières complémentaires comme par exemple la géographie et la climatologie,
-          l’anglais (principalement scientifique).
Les différentes orientations
Selon son projet professionnel, il est possible de se spécialiser en troisième année de licence ou en master, dans les domaines suivants :
géosciences fondamentales : cursus les plus conceptuels (minéralogie, volcanologie, géochimie, géophysique, sédimentologie, paléontologie...)
géologie appliquée : formation progressive à la géophysique et aux différentes méthodes (sismiques, gravimétriques, magnétiques, électriques, électromagnétiques...). Donne accès à divers secteurs d’activité tels que la prospection et l’exploitation pétrolière et minière, la géologie appliquée au génie civil, les métiers de l’environnement, l’hydrologie.
la spécialisation bi disciplinaire sciences de la vie (biologie) et de la Terre  : utile pour le professorat.


3.      Et après ?
Mise à part la troisième année de licence générale, il est possible de préparer en un an, une licence professionnelle associée à la protection de l’environnement, à la gestion de l’eau, du sol et du sous-sol et au traitement des déchets.
Sinon, la spécialisation intervient au niveau du Master selon le parcours antérieur et le projet professionnel, que ce soit en hydrogéologie, pétrologie, océanographie, paléontologie, sédimentologie etc.
Exemples de Master :
-          Master en sciences de l’univers, environnement et écologie
-          Master Evaluation, Gestion et traitement des pollutions
-          Master Sciences de la Terre et environnement, écologie spécialité Ecotoxicologie et chimie de l’environnement
-          Master Sciences de la Terre et environnement, écologie spécialité Génie géologique, génie civil et environnement
-          Master Sciences de la Terre et environnement, écologie spécialité Biodiversité et écosystèmes continentaux.
A la suite du Master, il est bien évidemment possible de réaliser un doctorat afin de devenir enseignant-chercheur à l’université.
La deuxième ou troisième année de licence permet aussi d’intégrer une école d’ingénieurs, à la suite d’un concours commun aux écoles, ou sur dossier.
 
 
Source :
http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Principaux-domaines-d-etudes/Licence-les-mentions-du-domaine-sciences-technologie-et-sante/Licence-de-sciences-de-la-Terre-les-geosciences-a-l-honneur